Vos douleurs

Ciblez votre type
de douleurs
Prendre rendez-vous

Vos Douleurs

Rares sont ceux qui un jour n’ont pas eu une entorse lombaire, communément appelée lumbago ou « tour de rein ». On estime à plus de 80% les chances qu’une personne, tous âges confondus, en souffre un jour ou l’autre dans sa vie. Lorsque celle-ci survient, elle est invalidante au point où, très souvent, elle oblige à cesser toute activité.

L’entorse lombaire lorsqu’elle arrive subitement et exceptionnellement, bien que fort incommodante, est une affectation fréquente qui n’est pas grave en soi et il ne faut pas s’alarmer outre mesure.

Toutefois, si celle-ci se reproduit à répétition, elle peut être révélatrice d’une cause beaucoup plus profonde et sérieuse qu’il faut traiter. En conclusion, le « lumbago ou tour de rein » n’est qu’un symptôme, et il faut trouver les causes sous-jacentes et les raisons de ce problème lorsqu’il devient récurant. Si une douleur aiguë est toujours ressentie après 3 jours, et ce, outre les traitements usuels, il est sage de consulter.

 

Êtes-vous parmi ces milliers de Québécois qui se lèvent à tous les jours avec une douleur au dos?

Savez-vous que seulement 2 Québécois sur 10 finiront leur vie sans avoir eu mal au dos et que c’est la première cause d’invalidité au Québec?

La CNESST déclare que les TMS (troubles musculo-squelettiques) nous coûtent comme contribuable, 650 millions de dollars par année et qu’au États-Unis, les frais avoisineraient 100 milliards.

Le mal de dos c’est bien connu, est le mal du siècle. Depuis le passage au millénaire, il faudra maintenant parler de mal du millénaire, avec l’obésité, le cancer et les maladies coronariennes.

Mais il y a une bonne nouvelle. Si tel est votre quotidien, que vous ayez 20, 40 ou 70 ans, la chiropratique, le laser et la décompression neurovertébrale à géométrie variableMC pourraient vous aider et vous devriez considérer son approche avant toute autre forme de traitement. Les médicaments et la chirurgie étant des alternatives qui ne devraient être envisagées qu’en dernier recours.

POURQUOI FAIRE APPEL AVANT TOUT À LA CHIROPRATIQUE?

Parce que la chiropratique est une science enseignée à l’université et que les docteurs en chiropratique sont des professionnels du système neuro-musculo-squelettique parmi les mieux formés pour vous traiter de manière non invasive et sécuritaire.

Éprouvez-vous une sensation de vertige, d’étourdissements, comme une perte d’équilibre alors que tout ce qui vous entoure bouge et oscille? Est-ce que cela vous donne parfois la nausée?

Si vous répondez par l’affirmative à ces questions et qu’un ORL a vérifié votre système vestibulaire sans y trouver de disfonctionnement. Que votre médecin de famille a écarté tout problème d’hypertension ou autre maladie, et que vous n’avez jamais subi de commotion cérébrale. Les probabilités sont fortes que vos vertèbres cervicales soient la cause de vos vertiges et de vos étourdissements.

Le vertige d’origine cervicale est tout simplement la résultante d’un désalignement de cette région. Si les vertèbres ne sont pas au bon endroit ou qu’elles sont limitées dans leur mouvement par une quelconque restriction, il y a ce qu’on appelle une subluxation vertébrale. Une subluxation peut se produire n’importe où sur la colonne vertébrale, et engendrer une panoplie de problèmes dont des vertiges et des étourdissements.

L’arthrose est somme toute une conséquence de l’usure des cartilages (les coussinets qui protègent l’extrémité des os) entre les articulations. Cette usure peut avoir comme conséquence des douleurs ou une déformation anatomique. Progressivement, les cartilages commencent à s’user et s’éroder au point où, ils peuvent découvrir l’extrémité des os qui n’ont plus de protection. Ainsi les os peuvent s’entrechoquer les uns sur les autres et provoquer de l’inflammation. Quant à l’arthrite, l’inflammation apparaitra en premier lieu et c’est elle qui provoquera l’usure des cartilages.

Le chiropraticien est en mesure de diagnostiquer grâce à un examen radiologique, si vous souffrez d’arthrite ou d’arthrose. Ses traitements peuvent aider à atténuer efficacement la douleur de façon naturelle et ce, sans médicament. La chiropratique peut non seulement enrayer la progression, mais elle peut également prévenir l’apparition de crises douloureuses en rétablissant la mobilité des articulations, et en corrigeant les mauvaises postures qui entrainent un mauvais alignement, un stress, et une usure des articulations de façon précoce.

Vous avez une ou plusieurs de vos articulations qui sont douloureuses ou qui vous empêchent de mener normalement vos activités quotidiennes? Vous avez passé une batterie de tests et rien de significatif n’est ressorti de ces examens?

Les médicaments en vente libre ne suffisent plus à apaiser vos douleurs et vous appréhendez de prendre des analgésiques sous prescription, sachant pertinemment qu’ils ne seront qu’une béquille?

Voyez votre système nerveux comme étant en quelque sorte le « système électrique » du corps humain. C’est lui qui régit non seulement le fonctionnement de vos organes mais également, celui de vos articulations.

Si ce système est défectueux parce qu’il se trouve « court-circuité » par le déplacement ou la limitation de mouvement d’une vertèbre, presque inévitablement, le fonctionnement de l’organe qu’il gouverne (le cœur, les viscères, les poumons, le cerveau, etc.), mais également celui de tous les membres et les articulations qui s’y rattachent, sera affecté.

Ainsi apparaitront des douleurs aux mains, aux bras, aux jambes, aux genoux, aux épaules, aux pieds, etc., pouvant vous empêcher de marcher, de vaquer à vos occupations, ou même de dormir.  Vous voulez retrouver votre qualité de vie? Pensez chiropratique.

Vous avez passé un examen de tomodensitométrie (scan) ou une IRM (résonnance magnétique) et le rapport indique que vous avez une hernie discale. Mais qu’est-ce qu’une hernie discale?

L’hernie discale est une saillie qui se développe au niveau du disque intervertébral (le coussinet entre deux vertèbres) et qui projette la partie gélatineuse de son disque vers le canal rachidien.

Cette protubérance se retrouve le plus fréquemment dans la région lombaire (95% des cas), mais on la retrouve aussi dans la région cervicale, et parfois dans la région thoracique.

Cette saillie peut-être asymptomatique, c’est-à-dire que l’individu ne ressentira aucune douleur. Toutefois, elle peut également engendrer de vives douleurs que même la médication arrivera difficilement à soulager. La moelle épinière étant située dans le canal rachidien, si cette excroissance est trop importante, les conséquences peuvent être graves, voire dramatiques. Il  ne faut pas négliger de traiter une hernie discale si cette dernière est source de douleurs par la chiropratique, la décompression neuro vertébrale à géométrie variable, ou le laser.  La chirurgie ne devait être envisagée qu’en dernier recours.

« Bon nombre de Canadiens souffrent de maux de tête récurrents et potentiellement aigus communément appelés migraine(1) ». Une enquête nationale sur la santé de la population a révélé que quelque 8 % de Canadiens âgés de 12 ans et plus (près de 2 millions), ont été diagnostiqués comme migraineux.

Si les médicaments peuvent être secourables, ils ne traitent pas toujours la cause et c’est à l’origine du mal qu’il faut s’attarder, et pas seulement aux symptômes. Abuser des  médicaments enclenche très souvent un cercle vicieux qui augmentera le rythme des crises; ce n’est donc pas la solution idéale.

Du point de vue chiropratique, c’est souvent à un déplacement vertébral localisé dans la colonne cervicale qu’on attribue la cause des maux de tête ou des migraines.

Ainsi, à l’endos du crâne, là où il se termine, débute la colonne cervicale. Lorsque une ou plusieurs de vertèbres dans cette région sont déplacées ou limitées dans leur mouvement, les probabilités sont fortes qu’un désordre se manifeste à plus ou moins brève échéance, et que de multiples problèmes, dont les maux de tête et les migraines, apparaissent.

1.Extrait tirés de: Rapports sur la santé, vol. 12, no 2 Statistique Canada, no 82-003 au catalogue – Auteurs: Heather Gilmour et Kathryn Wilkins.

Qu’est-ce qu’une sciatalgie, plus communément appelée un sciatique?

Elle se caractérise par une douleur aiguë qui longe le nerf sciatique (le plus gros et le plus long des nerfs de la jambe) et qui débute habituellement dans la fesse et se prolonge à l’arrière de la jambe, allant parfois jusqu’au pied.

La sciatalgie est la cause la plus commune d’une hernie discale, bien que l’arthrose, un traumatisme, une lésion ou une maladie ayant irrité le nerf sciatique, peuvent aussi en être responsables.

Les différents symptômes de la sciatalgie peuvent être des maux de dos, une douleur ou une faiblesse musculaire, un engourdissement et picotements dans les jambes, une atrophie des muscles, une douleur brûlante centrée dans le bas du dos, une perte de contrôle de la vessie ou de l’intestin, etc.

Si vous éprouvez l’un de ces symptomes, pensez à la chiropratique qui pourrait grandment vous aider.

Vous reconnaissez-vous dans ce scénario?

  • Vous souffrez depuis des années;
  • Vous avez consulté de nombreux spécialistes;
  • Vous avez subi une batterie de tests;
  • Vous avez pris une panoplie de médicaments et/ou reçu des injections et des infiltrations de toutes sortes;
  • Vous avez été opéré à la colonne vertébrale sans succès.

Mais toutes ces démarches se sont avérées inutiles…

On ne trouve pas ce dont vous souffrez ou alors vous souffrez toujours au point où, votre santé psychologique et votre qualité de vie en sont grandement affectées.

Voici peut-être votre solution!

Sachez que la chiropratique peut parfois venir en aide à ces personnes qui ont tout essayé et qu’il faut considérer cette approche comme une alternative sécuritaire dont l’efficacité a été largement prouvée.

Rien à voir ici avec un miracle ou un prodige, mais tout simplement l’utilisation d’une méthode différente, scientifique (la chiropratique est enseignée à l’université et conduit au doctorat) non invasive, qui a aidé des millions d’individus.

Ceci dit, chaque cas est particulier et ce n’est qu’après une investigation clinique du patient que que le chiropraticien sera en mesure de dire s’il croit être en mesure d’intervenir pour aider cette personne, n’ayant pas peur des mots, souvent désespérée.